MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Festival Enthousiastes Bugatti Alsace 2014

Les type 35 à l'honneur pour leur 90eme anniversaire

Pour cette 31eme édition, le type 35, qui fête ses 90 ans, est mis à l’honneur. Célèbre parmi les célèbres, ce modèle est l’emblème des Bugatti de course, lui qui a tout gagné dans les années 20. Motorisé par un 8 cylindres en ligne et légère, son agilité ne s’est démentie sur aucun tracé qu’elle a arpenté.

 

Le vendredi est placé sous le signe des retrouvailles. Entre festivaliers certes, mais avec la pluie qui fut déjà la compagne d’une partie du week-end l’an dernier. C’est ce qui a refroidi certains qui ne se sont pas déplacés pour ce premier rendez-vous. Quelques 35 et un Type 5 Réplica étaient de la fête tout de même pour le bonheur des présents.

Après un accueil pour les inscriptions, il est temps de dégourdir les bielles des belles anciennes et un petit roadbook entraine ce joli petit monde jusqu’à Klingenthal pour la visite du musée de l’arme blanche. Le temps pour que les premières pannes apparaissent… Eh oui, même entretenues, elles restent capricieuses !

 

Mais la vraie tranche de route, c’est traditionnellement pour le samedi. Et cette année, les cols alsaciens et vosgiens ont été à l’honneur. Après une montée jusqu’au champ du feu à plus de 1000 m d’altitude, et dans le brouillard, il était temps de retrouver le club Delage France, lui aussi en balade, pour la visite des confitures du Climont. Et c’est ensemble que les bolides de ces deux marques mythiques se sont rendus au jardin de Callunes pour un déjeuner sportif.

J’ai profité de cette pause pour admirer la cinquantaine de véhicules présents, tous plus beaux les uns que les autres. Si Bugatti s’est illustré avec des modèles de course, de nombreuses et belles limousines ont jalonné l’histoire des véhicules de Molsheim. Ces dernières, ainsi que les cabriolets dérivés, trouvent un formidable écho dans la gamme Delage. Ces instants sur le parking m’ont donné le plus beau des torticolis.

 

Le retour vers Molsheim dans l’après-midi fut à la fois forestier (au début) et ponctué par la traversée de nombreux villages. Ce qui a permis de vérifier la popularité intacte de Bugatti, même si différents types demeurent un mystère pour la plupart. Pour beaucoup, notamment les plus jeunes, cette marque est synonyme de Veyron. Et ils ne furent pas déçus quand le prototype 5.1 a rejoint le cortège pour l’inauguration de la médiathèque de Wisches, petit village non loin de Molsheim.

Après une nuit pour certains courte commencée par un repas gastronomique et finie dans une ambiance que certains festivaliers savent entretenir, le dimanche matin commence de manière plus solennelle par le traditionnel hommage à la famille Bugatti enterrée au cimetière de Dorlisheim. En présence de Monsieur le maire, du directeur de l’usine Bugatti SAS, du représentant local des officiers de la Légion d’honneur dont étaient titulaires Ettore et Jean, un moment de recueillement a eu lieu après le dépôt des gerbes sur le caveau familial.

 

Suite à cet instant émouvant, il fut temps pour moi de savourer une autre émotion. J’ai en effet profité du court trajet entre les deux villages voisins pour avoir un aperçu des sensations éprouvées en tant que passager d’une Bugatti Veyron. Ce fut aussi court qu’intense, mais mes amis, qu’elle pousse ! Sachez que si vous le souhaitez, vous pouvez vous aussi réaliser votre rêve en devenant le passager privilégié de cette voiture. Tous les renseignements ici.

Place ensuite au point d’orgue de ce festival, le concours d’élégance ! La quarantaine de véhicules présents cette année a ainsi défilé devant le jury et un public venu en masse malgré la grisaille matinale. La description de chaque modèle a permis d’apprécier le travail des carrossiers de l’époque, notamment locaux comme Gangloff à Colmar, et aussi la rareté des modèles présentés. Si les types 35 étaient à l’honneur cette année, ce sont les types 57 qui cette année encore ont raflé les prix.

 

Le trophée Lalique (la célèbre cristallerie partenaire du festival depuis trois ans maintenant et qui a profité de cette édition pour présenter des bouchons de radiateur en cristal reproduisant le célèbre éléphant debout créé par Rembrandt Bugatti) est attribué un splendide type 57 cabriolet Aravis issues de la susnommée carrosserie Gangloff et construit en 1939. La coupe Bugatti SAS a honoré le magnifique Type 57 coupé Atalante, présent pour la 11e fois cette année.

Une cérémonie conviviale a clôturé cette magnifique 31e édition du festival des enthousiastes Bugatti Alsace (alias EBA). Les participants venus de neuf pays différents, dont certains (comme la Pologne) pour la première fois, sont repartis enchantés et impatients de revenir en septembre 2015, tout comme les spectateurs, ravis de pouvoir côtoyer des modèles aussi exceptionnels ailleurs que dans un musée. En attendant, pour vous tenir informer vous trouverez toutes les informations sur le site des EBA. Rendez-vous est pris, à l’année prochaine !!

© Thomas W « Ph-Auto-Graphe » pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

Galeries photos sur Facebook : vendredi, samedi et dimanche.

Recommandez cette page sur :

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"