MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

36ème Festival des Enthousiastes Bugatti du 5 au 8 septembre 2019 : Les 110 ans de l’installation à Molsheim.

Passé et présent s’entremêlent toujours à Molsheim et ses environs. Cette année 2019, symbolique du 110ème anniversaire de l’installation de l’usine d’Ettore dans cette bourgade, le représente au plus haut point, et c’est un festival sous le signe de la démesure qui s’annonce !

Après de traditionnelles retrouvailles la veille des jours de roulage (jeudi 5), vendredi était placé sous le signe de la collection et de la mémoire. Comment être en Alsace, célébrer une des marques les plus mythiques et ne pas aller voir la plus belle collection la célébrant ?

 

Rendez-vous a donc été pris avec la collection Schlumpf à la Cité de l’automobile à Mulhouse pour cette première journée de célébration. Au-delà du nombre élevé de Bugatti présent en permanence, il y a en ce moment une présentation éphémère (« Incomparables  Bugatti ») qui permet de découvrir des trésors de la marque. Pour ma part, je fus très heureux de voir la maquette de la Galibier, la limousine qui aurait pu succéder en production à la Veyron. Une autre direction stratégique fût prise et voilà la Chiron sur nos routes.

Ces deux modèles récents sont aussi visibles accompagnés d’une Divo (version améliorée de la Chiron et limitée à 40 exemplaires), d’un type 251 (unique au monde et dernière tentative de la marque pour percer dans le sport automobile après-guerre ) et d’un « Tank », surnom particulier pour une voiture de course, mais dont le dessin en est à l’origine.

Le moment du départ est l’occasion de faire le point sur les anciennes qui se sont déplacées pour cet anniversaire. Et si les type 35 sont légions, comme les nombreuses carrosseries de 57, deux exemplaires particuliers sortent du lot : un type 101, au look de batmobile des années 60 et un magnifique roadster 57 carrossé par Rod Jolley, modèle quant à lui unique ! Une reproduction d’un coupé Atlantic complète cette vision unique.

Chemin faisant, il est temps DU rendez-vous. Celui qui fait que les générations vont se croiser et se mélanger pour un cortège que j’ai du mal à qualifier. Une dizaine de Chiron et des exemplaires rares de Veyron (2 Vitesse, une Supersport entre autres) nous rejoignent. Mais pas que... Symbole de l’événement, le président de Bugatti SAS Stephan Winkelmann en personne est présent. Il affiche son plus beau sourire et son français impeccable lui permet de dialoguer avec tous les spectateurs.

Vient ensuite le moment de faire un joyeux convoi jusqu’à l’entrée de Molsheim où les récentes se dirigent vers l’usine et les anciennes vers le cimetière de Dorlisheim pour le traditionnel hommage à la famille Bugatti qui y est inhumée. Et la... encore une surprise, et de taille  ! Une réplique du type 41 « Esders » porte des gerbes de fleurs sur son capot et son pare-choc avec à son bord, personne d’autre que Michel, le fils d’Ettore. « What a day » ai-je entendu. Les superlatifs me manquent mais cette interjection anglaise résume bien cette journée. Un peu de repos, et place à la suite !

On commence tôt à 8h avec une exposition d’anciennes devant le château St Jean. Royale, Atalante, Type 101, autant de merveilles de la Belle Époque qui s’offrent à nous et aux yeux de tous à travers les grilles. Et que dire de la Chiron GranTurismo qui trône au sommet d’une butte comme pour nous monter la direction à suivre ... Et quelle direction ! Une fois passé derrière l’imposant bâtiment, Bugatti SAS a sorti le grand jeu et ses modèles rares et uniques : édition 110 ans, Divo, mais aussi La Voiture Noire et la toute dernière Centodieci ! Merci à Bugatti SAS pour ce magnifique parterre de véhicules !

A peine le temps d’apprécier cette vision de folie que je tourne la tête pour apercevoir une splendide brochette d’EB 110, LE modèle de la première renaissance de la marque, avec des modèles de route, de course, mais aussi le prototype de développement ! Et quoi encore ? Les premiers exemplaires la Chiron, dont la maquette qui a fait les premières expositions statiques pour présenter le véhicule et séduire les premiers acheteurs.

Cette collection nous amène tout droit vers l’usine avant laquelle trône une sélection de modèles en série limitée avec rien de moins que le « Saphir bleu » avec sa peinture spécifique et tellement désirable et à côté, le modèle « Ettore Bugatti », la dernière des 6 versions baptisées « Légende » qui ont égayé la fin de carrière de la Veyron.

Bon... c’est la fin du spectacle ? Eh ben non : voilà que l’atelier est ouvert avec l’histoire de la marque depuis son entrée dans le giron du groupe VAG. Et pour commencer fort, la première vision de ce que voulait Ferdinand Piech pour la sportive ultime de son groupe, alors équipée d’un moteur 18 cylindres ne développant « que » 555 ch...

Vient ensuite le moment rare où l’assemblage de la Chiron permet de dévoiler (presque) tous ses secrets. Du mariage de ses éléments mécaniques à l’assemblage de la carrosserie en passant par tous les détails techniques invisibles une fois qu’elle est montée, cette visite permet de prendre la mesure de cette voiture hors normes.

Avant de quitter les lieux, comment ne pas s’arrêter devant l’imprimante 3D qui est en démonstration. La Chiron sera la première voiture au monde à bénéficier de pièces issues de cette technique et voir naître une pièce comme ça est très impressionnant. Techniquement parlant, cela permettra aussi de gagner 45% du poids de l’étrier de frein, ce qui fera gagner en dynamisme de conduite. À l'image, un joint d'un radiateur d'huile conçu en étant creux pour faire circuler le liquide de refroidissement imprimé en 3D.

Ouf... le temps de souffler ? Même pas ! Il est l’heure de lancer le road trip de la journée et la première étape pour nos anciennes se situe à quelques centaines de mètres et n’est rien d’autre que le lieu mythique où la première usine s’est installée, plus connue sous le nom de la « Hardtmuhle », pour une séance photo.

La balade se poursuit jusqu’à Rouffach pour la pause déjeuner et le retour se fait sur la route des vins jusqu'à la « Maison du Distillateur » près de Chatenois pour une visite instructive et une dégustation qui ne l’est pas moins !

Après une nuit de repos bien méritée, ce dimanche sera plus classique dans son déroulement. Après l’installation courant dans le de la matinée des modèles place de Jésuites afin qu’un maximum de visiteurs puissent les apprécier et les approcher de près, la traditionnelle parade peut commencer sur les coups de 14h.

Quel plaisir de voir défiler d’abord les modèles réduits (mais roulants) pour enfants, puis 3 modèles que l’usine avait dépêché pour l’événement. Deux magnifiques Chiron (dont une édition 110ème anniversaire), et une Veyron Grand Sport Vitesse WRC Edition !

S’en est suivie une présentation des participants du Festival avec une remise des prix, où de nombreux nouveaux participants furent récompensés. Le roadster 57 a notamment reçu les prix Bugatti SAS, une magnifique Type 59 de course  de 1934 le prix des EBA, un type 57 Galibier de 1936 carrossé par Van Vooren le prix Lorenz, un type 40A Roadster le prix Lalique, un cabriolet type 30 de 1925 carrossé par Jarvison & Sons le prix Caroline Bugatti… Signe que les nouveaux participants n’étaient pas venus que pour faire le nombre, mais bien pour apporter une touche de renouveau et d’excellence !

Vous l’avez compris, cette 36ème édition du Festival des EBA, qui célébraient au passage les 40 ans de leur création, a été exceptionnelle à plus d’un titre. Du nombre et à la qualité des anciennes présentes (une reconstruction d’une Royale, qui plus est du fabuleux coupé Esders, quelle prestance !) à la présence en masse de véhicules récents, tous les amateurs et spectateurs en ont pris plein les yeux. Et comme il faut savoir s’améliorer à chaque fois, vivement l’année prochaine ! Et vive la Marque !

J’aimerais remercier toute l’équipe des Enthousiastes Bugatti Alsace pour l’organisation de ce merveilleux festival chaque année, et plus particulièrement Daniel LAPP pour sa réactivité et son professionnalisme et sans qui ce reportage n’aurait été possible, Christian FEIDT pour sa confiance, mais aussi Véronique et Jean-Luc pour l’ambiance !

 

 

Pour les photos du vendredi 6 septembre, cliquez ici.

Pour les photos du samedi 7 septembre, cliquez ici.

Pour les photos du dimanche 9 septembre, cliquez ici.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"