MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Grand Prix F1 australie 2013

Premier Grand Prix et premières vérités. Si les essais de présaison laissent entrevoir une partie du potentiel des écuries celui-ci ne se révèle vraiment qu’à partir du premier week-end de course. Certains espoirs s’en retrouvent révélés, d’autre enterrés.

 

Concernant Red Bull, voilà une confirmation qui… se confirme. Des tests prometteurs et une première ligne pour affirmer que cette année encore il faudra compter sur eux. Ou du moins sur Vettel, Weber continuant de faire ce qui est devenu sa marque de fabrique : louper son départ.

Ferrari ensuite a bien bossé dès la fin de saison dernière pour ne pas reproduire son départ catastrophique, et cela s’est vu tant sur la grille qu’à l’arrivée avec Alonso deuxième et Massa  qui confirme ses arrivées de fin 2012 en échouant au pied du podium.

 

Le vainqueur aussi, Kimi Räikkönen, a confirmé sa régularité, sa vitesse, et surtout sa bonne utilisation des pneus, ce qui lui a permis d’économiser un arrêt et lancer sa saison de la meilleure des manières. Lotus reste ainsi au top niveau malgré la contre-performance de Romain Grosjean, seulement dixième et déçu se sa monoplace en course.

Une autre bonne surprise, et non des moindres, Mercedes. Ceux qu’on annonçait largués (pour preuve les trois saisons précédentes), Hamilton à qui on promettait le pire, et pourtant les flèches d’argent ont montré de belles performances, malgré une alerte sur la fiabilité avec l’abandon de Rosberg alors cinquième. Mention spéciale enfin au très bon retour d’Adrian Sutil qui a été leader pour son premier GP après une pause d’un an, et à Force India en général qui place ses deux voitures dans les points.

 

Les déceptions ensuite, et surtout le niveau alarmant des Mc Laren. Qualifications misérables (Button seul en Q3 pour prendre la dixième et dernière place de la séance), course insipide pour finir avec les 9eme et 11eme places, bien loin du standing de l’écurie, et déjà du travail pour combler ce retard.

 

Et les habitués de la déconvenue, Williams et Sauber, toujours pleins d’aspiration à devenir une écurie de pointe (ou le redevenir pour Williams), rejoints pour ce Grand Prix par Toro Rosso, que des mauvais choix, notamment sur les pneus, ont fait regarder le bas du classement plutôt que le haut.

 

Pour finir, un point sur ces fameux pneus et leur dégradation rapide. Si elle multiplie les arrêts au stand, elles rendent malheureusement le milieu de course difficile à suivre, les stratégies devenant moins lisibles. Cela plaira aux amateurs de spectacle, et fait partie du nouveau spectacle de cette saison, qui promet des surprises et des rebondissements. Vivement la semaine prochaine !!

 

 

© Thomas WAELDELE pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

Crédit photo : Eurosport

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"