MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Résumé du GP F1 des États-Unis 2012

Commençons par les choses qui fâchent. TF1 nous avait habitués à une diffusion chaotique du Grand Prix du Canada, le coupant en plein milieu ou en le laissant à Eurosport pour diffuser son journal du soir quotidien. En y réfléchissant un peu (même si le fan que je suis n’admet pas ces décisions et l’homme pragmatique ne comprend pas pourquoi dépenser des millions si ce n’est pas pour en tirer le revenu maximum), on peut se dire que cette épreuve du milieu de saison, connue de tous, a un intérêt, disons moyen.

 

Mais ce Grand Prix, qui marque le retour de la F1 aux États-Unis, qui peut décider des deux titres (constructeur et pilote), sur un circuit flambant neuf, avec tout ce qu’il faut pour plaire aux pilotes, aux spectateurs, et aux téléspectateurs, pourquoi le négliger ? Un bon journal à 19h30, et on enchaine avec un du bon sport et deux épisodes des experts (pour changer), je ne pense pas que l’audimat aurait vraiment souffert.

 

Bref, si Red Bull est champion pour la troisième fois consécutive (et aussi première écurie à remporter ses trois premiers titres de suite), tout reste à faire pour les pilotes. En effet, au terme d’une épreuve haletante (pour ce que j’en ai vu, le streaming n’étant pas faible à 100%), Vettel ne prend que trois points à Alonso pour porter son avance à 13 unités. Sauf catastrophe, c’est tout de même l’allemand qui devrait coiffer sa troisième couronne.

 

Mais ce podium d’Alonso n’était pas acquis d’avance. Qualifié neuvième, il bénéfice de la pénalité de Grosjean (5 places pour changement de boite de vitesse et donc relégué de la 4ème à la 9ème), et de la manœuvre de son écurie qui sacrifie une fois de plus Massa (quel bonne pâte tout de même) pour lui permettre de partir 7ème et surtout de partir du bon côté de la piste. Après, c’est le talent qui parle…

En effet, se retrouver 4ème à la fin du premier tour, il ne le doit qu’à lui-même. Pour ce qui est de la troisième place, il la doit à l’abandon de mark Weber, trahi une nouvelle fois par son KERS, et mis sous pression par un Hamilton des grands jours à qui il avait chipé la deuxième place. Car le grand artisan de l’intérêt de cette épreuve américaine, c’est bien le pilote anglais.

 

Auteur de qualifications intéressantes, il avait déclaré qu’il ne s’occuperait pas de la bataille pour le championnat, ni de sa future écurie. Que s’il pouvait gagner, il ferait tout pour y arriver. Et bien lui en a pris. La domination de Vettel lors des essais n’a pas trouvé d’écho pendant la course et le pilote Mc Laren en a profité au 42ème tour pour prendre le leadership et ne plus le lâcher.

Nous voilà avec la très bonne impression laissée par le spectacle agréable, que ce soit de la part des acteurs sur la piste ou de la réalisation très agréable (notamment quelques plans aériens au départ et au podium qui m’ont particulièrement plu). Et l’impatience qui nous tiraille pour avoir le dénouement de la saison la semaine prochaine.

 

© Thomas WAELDELE pour www.monjournalauto.fr – Tous droits réservés

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"