MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Volkswagen Golf Sportsvan TDI 150 DSG 6 Carat Edition

Une Golf surélevée. C'est tout ?

Pour remplacer sa golf plus qui n’a pas marqué les esprits, Volkswagen a décidé de lui donner un nouveau nom, symbole d’un nouveau dynamisme : Sportsvan. Modèle rehaussé de la berline référence en Europe, la dernière année de la de la gamme bénéficie ainsi de toutes ces avancées technologiques. Sera-ce suffisant ?

 

Esthétiquement parlant la filiation avec la berline est indéniable. Lignes tendues, format général massif et rassurant, cela respire la solidité et la sécurité. Vitres et ligne de caisse plus hautes, on gagne du volume habitable en gardant un gabarit compact.

A l’intérieur aussi, impossible de nier la parenté. La planche de bord est reprise quasiment telle quelle (heureusement que la brillance des touches de Black Piano viennent égayer l’ambiance noire ton sur ton), mais avec des rangements plus grands ou nouveaux.. Mon seul regret à ce niveau-là est la disparition du rangement à lunettes dans le plafonnier pour faire place à la commande du rideau qui occulte le toit panoramique.

 

Autre différence et non des moindres, la banquette devient coulissante, au bénéfice des passagers ou du coffre en fonction des besoins, sachant qu’en position reculée, le coffre a un volume plus qu’acceptable (modulable avec le plancher) et que je peux loger mon mètre 80 aisément à l’arrière. 

L’accoudoir se rabat pour permettre l’accès au coffre et les dossiers sont inclinables, ce qui renforce l’aspect familial et confortable du véhicule. Et accessoirement permet de se démarquer de la berline.

 

Cette version d’essai dispose de nombreuses options et notamment le système qui permet de choisir différents modes de conduite. À la base sont disponibles normal, sport ou éco et un mode individuel permet de régler chaque paramètre à sa convenance, car le système agit sur la direction, la réponse moteur et la climatisation.

 

Je commence mon essai en mode normal, le plus approprié pour découvrir la voiture. Si le démarrage ne laisse aucun doute quant au carburant utilisé, la suite du voyage sera plus confortable. Coupleux et linéaire, bien secondé par la boîte robotisée à double embrayage DSG à six rapports, le moteur semble être le compagnon idéal de tous vos voyages. Et le mode normal s’adapte à vos envies en donnant la puissance nécessaire pour pouvoir dépasser sereinement ou en favorisant couple disponible dès les bas régimes pour abaisser la consommation.

 

Je n’épiloguerai pas sur le comportement rassurant ni sur le freinage performant hérités de la berline pour pouvoir détailler les spécificités des autres modes. Commençons par le plus antinomique par rapport à la vocation de la voiture, le mode sport. S’il procure une belle vivacité notamment grâce à une direction plus incisive, il a tendance à garder les rapports trop hauts dans les tours ce qui n’est pas la vocation première du 2 l TDI. Il permet cependant de profiter pleinement du châssis et d’avoir du frein moteur (ceci sera particulièrement utile en montagne), et de garder éveillé le pilote qui sommeille en vous. A voir avec un moteur essence 1.4 TSI de 150 chevaux, qui accepte bien mieux de prendre des tours.

Le mode éco quant à lui correspond parfaitement à la philosophie d’optimisation de la consommation, qui est un des chevaux de bataille de Volkswagen depuis quelques années. Il nécessite cependant d’adapter sa conduite, car pour doubler dans de bonnes conditions il ne faudra pas hésiter à écraser la pédale d’accélérateur à fond. Mais c’est tout. Si vous êtes adeptes de la conduite coulée voilà le mode qu’il vous faut pour ravitailler le moins possible.

 

Autre option intéressante que j’ai découverte, le pack drive assist II, dans le principal atout est l’assistant au maintien dans la file (Lane Assist). Couplé au régulateur de vitesse adaptatif ACC il vous garantit une conduite sereine en corrigeant la trajectoire du véhicule pour qu’il reste entre les deux lignes blanches de voie. Attention cependant à rester vigilant, mais le système active une alarme au bout de deux corrections de trajectoire.

Et j’ai enfin pu essayer le Park Assist. Si ce système est désormais répandu, le voir à l’œuvre est un pur bonheur. D’autant que cette dernière évolution permet les manœuvres de garage en bataille et en créneaux. Plus d’excuses désormais. Une touche pour choisir le mode, clignotant du côté de la chaussée désiré et il n’y a plus qu’à gérer la vitesse et la marche avant ou arrière. Encore un équipement qui assiste le conducteur, mais ajoute un vrai confort.

 

Vous allez me dire, tout ceci disponible sur une golf berline, alors qu’apporte vraiment cette Sportsvan ? Outre les aspects pratiques cité plus haut, la position de conduite surélevée est un vrai plus sans donner l’impression d’être assis sur une chaise. L’autre point positif est que les montants de pare-brise sont moins inclinés et gênent moins la vue de ¾ que dans la berline.

Vous l’aurez compris, ce Sportsvan est vraiment une Golf plus, même si elle abandonné ce patronyme. Plus habitable et  plus pratique, elle ne sacrifie aucun de ses points forts à ces deux arguments. Alors que reste-t-il à la berline ? Une ligne et un comportement  plus dynamiques, et une gamme de moteurs plus étoffée notamment dans les puissances élevées. Et 40 ans de présence ininterrompue sur la marché, de quoi faire partie du patrimoine mondial de l’automobile…

Ce qui m’a fait plaisir, c’est d’avoir un véhicule pratique qui ne soit pas pataud à rouler. Le meilleur des deux mondes si vous préférez. Plus de place et une meilleure vision que dans la berline, sans se retrouver avec les jambes pliées ou une voiture trop carrée pour oublier d’être jolie.

 

Et cette ergonomie intérieure. On se sent bien rapidement, car tout tombe sous la main. Et même s’il y a beaucoup de fonctions qui nécessitent de regarder l‘écran pour être configurées, une fois tout paramétré, on a une voiture à sa convenance et facile à utiliser. Un atout de plus dans la longue liste de ceux qu’elle possède…

© Thomas WAELDELE pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

 

Un grand merci à l’équipe des concessions VW Paul Kroely Automobiles pour son accueil chaleureux et sa confiance lors du prêt du véhicule. Retrouvez-les du lundi au samedi à deux adresses : Rn 83, pont du Péage à Illkirch et 33 rte de Brumath à Hoenheim.

 

 

Retrouvez les galeries photo de la Volkswagen Golf Sportsvan TDI 150 DSG 6 Carat Edition ici !

Recommandez cette page sur :

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"