MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

VW Golf VI 1.6 TDI 105 Confortline DSG 7

Une star remplacée et pour autant dépassée ?

Tout juste remplacée par une nouvelle génération (la septième) qui vient d’être élue « Voiture de l’année 2013 », que reste-t-il de cet opus de la Golf, qui a dominé le marché européen de la voiture moyenne? La réponse au volant du cœur de gamme Confortline, avec le moteur 1.6 TDI dans sa configuration 105 chevaux épaulé par la DSG à 7 rapports.


Commençons comme d’habitude par un tour du style. Et là pas de surprise, ni par rapport à celle qui la précède, ni à celle qui lui succède. La compacte de Volkswagen a toujours su évoluer sans révolutionner et être dans la tendance de son époque. Nous voilà avec un style classique, sans audace, mais rassurant.

Il en va de même à l’intérieur, à la limite de l’austère, avec une abondance de noir, mais l’ergonomie et la qualité des matériaux comme des assemblages permettent de dominer la catégorie sur ces critères.  Quelques touches de laque piano viennent essayer d’égayer la présentation dans cette finition intermédiaire Confortline, mais on n’est pas là pour faire dans le funky, c’est du sérieux et ça doit se voir !  L’habitabilité est bonne, à l’avant comme à l’arrière et le coffre permet d’envisager les voyages sans trop d’arrière-pensées.

 

Place à la conduite, pour apprécier le silence de fonctionnement de ce 1.6 litre, dont la caractéristique principale est la douceur. Très linéaire, mais pas sans poigne avec son couple disponible dès les plus bas régimes, il meut cette lourde compacte avec aisance et sobriété (il est facile de descendre sous les 5l/100 kms).

Il faut dire qu’il est bien aidé par la remarquable boîte de vitesses robotisée à double embrayage et 7 rapports. Elle sait se montrer douce en toutes circonstances, et réactive quand il le faut, capable de tomber 3 rapports pour avoir des reprises efficaces, ou de passer rapidement le rapport supérieur pour abaisser la consommation.

 

Chasse au gasoil confirmée par la présence du stop/start de série sur cette version BlueMotion. On peut cependant regretter le manque de discrétion du dispositif, qui dénote un peu dans cet environnement.


Cette auto est globalement plaisante à conduire, avec une très bonne tenue de route teintée d’une pointe de dynamisme vraiment agréable, et qui jouit en outre d’un confort enfin acceptable, loin de l’allemande « tape-fesses » que certaine des ses ancêtres ou cousines ont pu être.

La question est de savoir ce qu’il lui reste par rapport à sa jeune descendante ? Il faut simplement rappeler que si elle se bonifie à tous points de vue, La 7 n’est « qu’une » amélioration de celle qui nous intéresse (même si la plateforme est nouvelle). Le bénéfice de l’évolution.

Plutôt qu’un point précis, je dirais l’ambiance générale. La sensation que tout est abouti, peaufiné. Je concluais sur la bénéfice de l’évolution, on le ressent à travers tous ces détails, tous ces boutons placés au bon endroit (l’ergonomie est excellente), comme si toute la voiture avait été conçue pour que l’on s’y sente bien à son bord.


Le plaisir vient aussi du fait que l’on peut avoir une Golf sans faire de compromis. Elles est désormais confortable, tout en restant précise en tenue de route, et a su soigner son rapport prix/équipement pour devenir presque abordable, sachant que VW commence à faire des promotions, comme tout le monde. Il serait dommage de s’en priver.

© Thomas WAELDELE pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

 

Téléchargez l’essai de la VW Golf VI 1.6 TDI 105 Confortline DSG 7 noire au format PDF !
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
VW Golf VI 1.6 TDI 105 DSG7.pdf
Document Adobe Acrobat [465.6 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"