MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Aston Martin Vantage V12

Voilà une marque connue et appréciée de tous (et toutes). Symbole de classe, de raffinement (n’est-ce pas James) mais aussi de sport (victoires aux 24h du Mans à l’appui), Aston Martin a su traverser les années sans perdre de son aura. La gamme actuelle est articulée autour de deux moteurs : le V8 pour la Vantage et le V12 de 6 litres pour la DB9 (et ses dérivés) et la Rapide.


L’idée de placer le « gros » moteur dans la « petite » caisse a d’abord été proposée en show-car sous le nom de Vantage V12 RS concept en décembre 2007, et la demande du public fut telle, qu’Aston en a lancé officiellement une petite série (1.000 exemplaires seulement) lors du salon de Genève 2009.


Tout en gardant l’élégance naturelle du dessin de la Vantage initiale, la V12 y ajoute un supplément d’âme sportive. Ailes élargies, prises d‘air en carbone sur le capot avant (il faut bien respirer), lame avant, elle aussi en carbone signalent la présence d’une grosse louche de puissance supplémentaire.

L’intérieur n’est pas en reste avec des baquets ultrafins, eux aussi en carbone, et de l’alcantara à profusion pour l’ambiance sportive, mêlé à du cuir pour rester classieux. Tout simplement magnifique !


Et que dire de la clef, que dis-je du boitier de démarrage ? Il se démarque par un design absolument sublime, faisant ressortir le logo de la marque quasiment en 3D. Il suffit de l’insérer au sommet de la console centrale et d’appuyer dessus un court instant pour déclencher le tonnerre ! On a déjà parlé des mélodies des V12 italiens, mais le bruit de leurs homologues anglais n’est pas en reste, loin de là !


Le tour de force prend une autre dimension dès les premiers mètres. Cette voiture exceptionnelle à tout point de vue est d’une facilité déconcertante. Même la boîte, manuelle (fait suffisamment rare à notre époque pour être signalé), est douce, bien accompagnée par un embrayage progressif et souple.

 

Mais cela n’empêche pas la performance, parce qu’elle dépote, la petite ! A condition de savoir tenir le volant pour rouler vite, car le surcroit de puissance ne se fait pas sans mal pour le gabarit réduit (par rapport à la DBS dont est issu le bloc) de la Vantage. Accélérer avec mesure est de rigueur !


Une fois la pédale de droite apprivoisée, on apprécie l’allonge phénoménale du moteur et son regain de vigueur après 4.000 tours. Quel souffle! Et ce quel que soit le régime, une vrai réussite ce V12. Surtout quand on a enfin pris la mesure du châssis, qui s’avère être équilibré, et du freinage, puissant.


Mais on apprécie surtout cette Vantage pour ce qu’elle représente, c’est-à-dire une sportive moins tape-à-l'oeil qu’une Ferrari, avec le bruit d’une Lamborghini et la facilité d’une Porsche. La synthèse parfaite ?

 

Tout est question d’ambiance avec les anglaises, et il faut avouer qu’avec cette série exclusive, on n’est pas déçu! Le charme d’Outre-Manche sied toujours à merveille aux automobiles qu’ils produisent et ils ont su améliorer cette ambiance unique en la rendant plus exclusive et sportive.


La somme de pleins de petits détails fait plaisir aussi, comme le boitier de démarrage, la présence de magnésium dans l’habitacle, la finition exemplaire, tout ça concoure à une impression unique. Et parcourir le moindre mètre avec ce sentiment que peu de personnes peuvent éprouver ce que vous vivez à ce moment là est un privilège rare….

© Thomas WAELDELE pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

 

Essai de l'Aston Martin Vantage V12 au format PDF !
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
Aston Martin Vantage V12.pdf
Document Adobe Acrobat [396.7 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"