MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Aston Martin Vantage V8 4.7

Un nouveau moteur pour un nouveau départ?

Après avoir découvert la Vantage avec son ancien V8 de 4.3 et 385 ch, apprécié énormément de choses et regretté sa boite de vitesse, je m’attendais à beaucoup de progrès avec cette évolution apparue en 2009. Qu’en est-il?


Esthétiquement, rien ne différencie les deux version de la Vantage à part un nouveau catalogue de jantes, et je comprends parfaitement les designers qui n’ont pas osé touché à ce dessin sublime qui n’a pas pris une ride (je pense sincèrement qu’il aura du mal à en prendre). Les évolutions on eu lieu sous le capot, où la cylindrée du moteur a été porté à 4.7 litres pour une puissance majorée à 426 chevaux.

Mais au-delà des chiffes, les changement sont plus profonds qu’il  n’y parait. Car si l’augmentation de puissance parait faible, les sensations n’ont plus rien à voir avec l’ancienne. Le moteur est plus plein, plus rond, on a vraiment l’impression que les ingénieurs l’ont rempli à tous les étages et avec générosité!


Le tout en soignant la signature acoustique, profonde et rageuse, comme on est en droit d’attendre d’un V8, avec la particularité d’être bien différent des basses américaines et des aigues puissants des italiens. Quel concert, mes amis!


Le moteur m’y incitant, j’hausse le rythme au fil des kilomètres et trouve cette nouvelle mouture du best-seller d’Aston beaucoup plus vive. A croire qu’ils l’ont aussi allégée, mais non! Les montées en régime sont franches et constantes, plus d’impression de lourdeur ou de creux comme on pouvait avoir avec le 4.3 litres. On n’est toujours pas dans une 911 ou une Ferrari, mais une Maserati GranTourismo a dorénavant plus de souci à se faire, la concurrence anglaise se montre très affûtée! D’autant plus que le freinage m’a donné entière satisfaction pendant tout le voyage.

Tous ces progrès révèlent par contre l’absence d’amélioration de la boite de vitesse robotisée Sportshift, qui était déjà désagréable sur le précédent modèle et qui est restée la même. Quel dommage! Intelligence dépassée, à-coups inappropriés, j’ai même réussi à caler pendant une manoeuvre en montée, le comble!


A-t ’elle perdu pour autant ce qui faisait son charme? Je vous rassure, elle est resté l’admirable anglaise accueillante et fidèle compagne pour les voyages au long cours. La perfection de son intérieur (mis à part deux défauts concernant l’aspect de commodos derrière le volant et l’ergonomie, vraiment discutables), incite à la décontraction et à la balade.


Alors est-ce une véritable nouveauté? Les changements extérieurs inexistants l’attestent, il s’agit juste d’un mise à niveau, vraiment intéressante, qui apporte beaucoup de caractère sans dénaturer la belle GT, et qui sera parfaite une fois sa boite de vitesse modernisée.

 

Tout d’abord de retrouver cette ambiance unique, faite de matériaux classieux assemblé à la perfection, qui vous plonge dans cet univers particulier que seul une Aston peut avoir. La mise à jour mécanique permet enfin d’attaquer, sans impression de manquer de puissance à un moment ou à un autre.


Et le son, que ce soit à l’échappement ou à l’’intérieur avec toujours cet équipement audio de 700W, mes amis, je ne vous dis que ça… En fait non, allez en essayer une, prenez le disque de votre concert favori, faites chauffer le moteur, trouvez une petite route pour vous éclater et rentrez tranquillement en vous laissant bercer par votre musique préférée...

 

© Thomas WAELDELE pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

 

Essai de Aston Martin Vantage V8 4.7 au format pdf
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
Aston Martin V8 Vantage 4.7.pdf
Document Adobe Acrobat [464.0 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"