MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Ferrari 575 Maranello

Une pure GT au grand coeur !

Ferrari, 12 cylindres, boîte F1… le cadre est posé et je me détends. Un mélange d’excitation et de respect m’envahit. Ce n’est pas tous les jours qu’on rentre dans une voiture frappée du cheval cabré, encore moins avec sa plus imposante motorisation, alors ce n’est pas le moment de flancher, mais plutôt de  profiter de cet instant à sa juste valeur.


Les années et les nouvelles productions de Modène n’ont pas altéré le dessin de cette imposante GT. Avant fin, ouïes de requin, arrière trapu avec encore les doubles feux arrière rond (aujourd'hui disparus au profit d’un unique qui regroupe toutes les fonctions), l’émotion apparaît dès le premier regard. Et se prolonge à l’intérieur avec cet ensemble tout cuir et les sièges racing en carbone de ce modèle…

Harnais enclenché (pas pratique au quotidien, mais alors pas du tout, par contre effet garanti), je regarde le volant sans bouton de démarrage. Elle n’a que dix ans, mais me semble venir d’un époque beaucoup plus lointaine… D’ailleurs je l’aurais préféré en boite mécanique, histoire d’aller au bout du délire, mais quand j’ai appris les chiffres de vente (une centaine m’a-t-on dit), j’attendrai certainement encore un peu avant de réaliser cet essai. Bref, je tourne la clé, et… Déception ! A part un râle au démarrage, rien de grisant.


Commence alors la conduite. Pas en mode automatique, car franchement inadapté (enfin pas à mon goût en tout cas), et je regrette une deuxième fois la grille de la boite manuelle, car avec ses à-coups, cette boite F1 est vraiment datée, surtout comparée aux dernières productions ultra rapides la firme.. A part ce désagrément (supportable rassurez-vous), les premiers mètres m’impressionnent par le confort de cette automobile d’exception. Suspensions prévenantes, direction légère, espace intérieur, au top !

L’heure est venue de passer aux choses sérieuses. Et le basculeur « Sport » sur la console centrale est là pour ça. Réaction plus franche de l‘accélérateur, suspensions nettement plus fermes et contrôle de traction plus permissif me laissent entre les mains une vrai sportive au caractère affirmé. Les ronds-points qui jonchent ma route sont avalés avec précision et les lignes droites avec délectation. La direction admirablement informative vous abreuve de tout ce qu’il est nécessaire de savoir, et peut-être même trop, car elle a tendance à trop répercuter les trous de la chaussée. Le freinage quant à lui ne souffre aucune citrique, du moins sur l’essai effectué qui n’était pas vallonné (et plein de bouchons…).


Alors quand on ressort de cette 575, on ressent une certaine fierté d’avoir pu parcourir à son bord quelques kilomètres, mais on a aussi tous les sens en éveil, tant elle entre en communion avec vous . Et en vous garantissant de pouvoir tout faire avec elle, du long week-end à la virée sur circuit...

Encore une fois, vous allez me dire que tout me plaît. Mais la pureté des sensations ressenties à bord est difficilement descriptible. La 575 se trouve entre deux générations, les brutes inconduisibles, et les puissantes sur-assistées sorties ces dernières années.


L’électronique veille au grain, mais n’empiète pas sur les réactions du conducteur, qui reste au centre du pilotage de la bête. Et ce, avec toutes les informations nécessaires pour prendre la bonne décision au bon moment…


Si comme moi vous aimez les voitures qui vous parlent, et que vous n’avez pas peur d’un coût d’utilisation hors normes, vous savez quoi prendre pour retrouver le nirvana automobile !

© Thomas WAELDELE pour www.monjournalauto.fr – Tous droits réservés

Essai la Ferrari 575 M au format PDF !
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
Ferrari 575 M.pdf
Document Adobe Acrobat [448.6 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"