MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Essai de la Ferrari F430

Quoi de mieux que 1.000 kms pour juger une voiture ? C’est l’essai proposé lors d’un convoyage réalisé pour un client italien qui voulait passer à autre chose après trois merveilleuses années au volant de son Aston Martin Vantage V8. Vous en saurez plus sur cette voiture bientôt, intéressons-nous d’abord à la F430.


Connue des tifosis, appréciée de tous car elle bénéficie d’une fiabilité enfin acceptable (même si on n’atteint pas le niveau d’une Porsche), elle nous fait profiter depuis 2004 de l’expérience acquise en F1 par la Scuderia, transposée dans un modèle routier. Issue de la lignée des berlinettes à V8 central, elle perpétue les valeurs sportives de la marque.

 

Son moteur est un V8 (forcément) de 4.3l, développant 490 chevaux (et oui on dépasse allègrement les 100ch/l, rendement exceptionnel s’il en est pour un moteur atmosphérique), sa boite est robotisée F1 à 6 rapports, et surtout, la 430 inaugure le « manettino » qui permet de configurer la voiture à son goût ou en fonction des conditions climatiques. Et cela m’a été bien utile, cet essai m’ emmenant par les Alpes dans lesquelles j’ai trouvé de la neige ! Alors positionné sur « winter », toutes les aides électroniques en éveil, la moindre dérobade s’en est trouvée étouffée dans l’oeuf. Pas question cependant de transformer les cols enneigés en spéciale de Rallye,(surtout avec les pneus été) mais ces quelques kilomètres m’ ont permis de vérifier la maîtrise technologique des ingénieurs de Maranello.


Mais à part ça ? L’Italie offre de  belles autoroutes avec de longues courbes et de belles descentes, alors autant en profiter, surtout connaissant le laxisme des policiers transalpins. Car c’est qu’elle demande du rythme, la belle ! Impossible de tenir une vitesse de croisière, cette Ferrari se révèle en la cravachant. La direction, précise à vitesse constante, se fait incisive, le moteur, qui accepte les reprises à 80 km/h en 6ème, révèle toute sa hargne, le châssis, précis, devient une vraie lame.

 

Et l’on découvre la vraie nature du bolide. Car il s’agit de cela, pas d’une voiture, ni même d’une GT. La F430 est faite pour l’attaque, elle se magnifie à chaque accélération et se prépare à la suivante à chaque freinage. Chaque élément semble avoir été conçu pour ça, sans concession. Même si au final, les suspensions se sont révélées confortables (tout est relatif me direz-vous) et la consommation modérée (les limitations de vitesse drastiques en Suisse nous ont aidés à atteindre une moyenne en-dessous des 15l/100 kms). Seul le bruit à vitesse continue est vraiment gênant sur long trajet.


Alors si vous avez une remorque pour la transporter, emmenez-la d’un circuit à un autre, elle s’y amusera autant que vous!

 

Quitte à vous paraître banal, mais le plus plaisant avec cette voiture, c’est le bruit fantastique de son moteur. On ne s’en lasse pas, surtout que le trajet m’a fait emprunter de nombreux tunnels, traversés fenêtres ouvertes, malgré la température, et au rythme des envolées lyriques du V8. Tout juste manque-t’il quelques pétards à la décélération… 


L’ensemble de la voiture procure un plaisir indescriptible, tant l’on a cette sensation que tout a été développé dans le même but : l’efficacité! Parcourir à son bord le moindre kilomètre vous donnera envie de chercher encore plus loin sa limite et elle saura vous accompagner, progressant avec vous et votre niveau de pilotage, grâce au Manettino.

 

Lisez l'article de l'essai de la Ferrai F430 en PDF!
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
Ferrari F430.pdf
Document Adobe Acrobat [344.1 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"