MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Essai Lamborghini Murcielago LP 640

Deuxième essai de véhicule d’exception voila qu’on me propose aujourd'hui une (joyeuse) sortie en Lamborghini Murcielago LP 640. Tout a été dit sur cette voiture... Bestiale, violente, brutale, et tant d’autres adjectifs illustrant le combatque l’on mène à son volant, tel un toréador dans son arène.


Il y a d’abord cette ligne, agressive à souhait, évocatrice de mouvement, même à l’arrêt, avec cet avant très court, et ce capot arrière interminable afin de loger le gros V12 de 6.5 litres. Le blanc nacré de notre modèle nous permet d’en profiter encore plus.


Et l’intérieur, brut de fonderie, ici magnifié par le cuir noir aux surpiqûres blanches et par la finition à damier que l’on retrouve aussi sur les contre-portes. L’ergonomie surprend lors des premiers mètres, tout comme le petit volant à la jante plutôt fine pour une voiture de cette puissance. Mais une fois l’environnement apprivoisé, on n’a qu’une seule envie : tourner la clef et…  Que le combat commence !

 

Sur le bruit d’un moteur Lamborghini, on a aussi  tout lu et entendu. Mais le sentir dans son dos et le laisser envahir vos tympans jusqu’à plonger au plus profond de vos entrailles, est un délice indescriptible. Et dire qu’on n’a pas encore roulé…


Les premiers mètres, à faible allure sur le parking, révèlent le caractère entier de la Murcielago. La boite craque, les pignons de transmission avant grincent, bref, à froid, elle n’aime pas ça. Puis on commence progressivement, pour chauffer l’huile, la boîte, la transmission intégrale, et, une fois en température, on peut enfin augmenter le rythme…


A choisir, je préfère affronter la tempête un jour de mousson, car la rafale qui souffle à chaque pression sur l’accélérateur vous propulse aux portes de l’enfer. Et à chaque rapport enclenché via la boite E-Gear, ça recommence.

 

Une poussée directe, infinie et violente. Une vitesse passée, un à-coup pour bien sentir la prise despignons et on repart pour un tour. Et ce bruit, ce cri, qui accompagne chaque montée en régime…


Le tout à des vitesses inavouables, et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Les performances sont d’une autre planète, quel que soit le rapport engagé. D’ailleurs la boîte robotisée ne vous laisse jamais en sous-régime, en rétrogradant seule, pour que vous puissiez instantanément déclencher la foudre!


Le plus gratifiant derrière le volant, c’est que chaque kilomètre se mérite, que le pilote va devoir se faire à la voiture et non l’inverse, et que le voyage qu’il entreprend, même s’il mène aux portes du monde d’Hadès, sera l’un de ses plus beaux.


Si Ferruccio Lamborghini a décidé de donner à ses voitures le nom de valeureux toros de combat, après avoir essayé la LP 640, on comprend pourquoi !

 

Je pourrais revenir sur sa ligne, digne descendante des Lamborghini V12 commencée par la splendide Miura, et que l’on retrouve sur toute la lignée. Sur la Murcielago, on a en plus cette sensation d’avoir les pieds sur les roues avant , et c’est plutôt intéressant, à condition de ne pas oublier le magnifique postérieur, qui fait plus de 2 mètres…


Le maximum de jouissance vient surtout de son moteur. Une fois les yeux saturés de beauté, il reste encore tous les autres sens à émerveiller, et la Lambo ne faillit pas à la mission. La poussée fantastique et le bruit orgasmiques’occupent des suivants, bien entouré par l'odeur du cuir.


Reste un goût amer quand il faut rendre les clefs...

© Thomas WAELDELE pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

 

Essai de la Lamborghini Murcielago LP 640 en format PDF!
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
Lamborghini Murcielago LP 640.pdf
Document Adobe Acrobat [429.7 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"