MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Mercedes SLK 55 AMG

En voila un joli jouet !

Lancé en 1996 et renouvelé en 2004, le SLK marque le retour du constructeur à l’étoile sur le marché des petits cabriolets, qui plus est convertible en coupé grâce à un toit en dur escamotable. Cela lui a permis d’élargir sa gamme (et sa clientèle) en offrant un produit plus abordable que sont haut de gamme SL.


Comme toue Mercedes qui se respecte, on doit trouver tout en haut des motorisations un sigle AMG. Autant la première génération était coiffée par un 6 cylindres bien adapté au gabarit de ce petit roadster, autant là, les ingénieurs ont réussi un véritable tour de force en casant un gros V8 de plus de cinq litres de cylindrée… Certes dans sa version atmosphérique, mais tout de même, ça occupe !

Esthétiquement, les ajouts sont plutôt le bienvenu, dynamisant une ligne déjà fort sympathique due en grande partie à l'arrière relevé et court qui contraste avec l’avant plongeant et plutôt long. Les spoilers avant et arrière, ainsi que les jantes spécifiques lui donnent ce soupçon d’âme supplémentaire, juste de quoi attiser nos intentions (pas mauvaises, mais pas politiquement correctes non plus). L’intérieur reste un peu plus neutre, avec quelques touches d’alcantara sur les sièges légèrement baquets, et c'est tout... Il ne reste plus qu’à…


Démarrage classique avec la clé dans le barillet, et les échappements donnent de la voix. Et plutôt une belle voix, avec des bonnes basses au ralenti, et qui s’accordent plutôt bien avec ce que suggérait le look. Mode Drive enclenché, on commence à se déplacer facilement sur le couple et avec douceur. Arrivent les premiers virages et la réputation plus confort que sport de Mercedes me fait un peu peur.

Il n’en est rien! Ce petit roadster est très agile, et si la réactivité de palettes au volant commandant la boite automatique 7G-Tronic Speedshift peut paraître un peu lente, il suffit d’activer le mode sport pour obtenir des temps de passage tout à fait acceptable, sans rien perdre en douceur. Et dans cette position sport, qu’est-ce qu’on s’amuse !


Le châssis court donne une grande agilité et nous permet de profiter de la hargne de ce moteur fantastique qui est plein à tous les régimes. Le travail spécifique d'AMG sur ce bloc est comme d’habitude exceptionnel. Et dire qu’il existe avec un compresseur… Dommage qu'il n’y ait pas suffisamment de place pour le refroidissement sous le capot du SLK, on aurait pu encore plus s’amuser.


Nous voila avec un véhicule qui a la gueule de l’emploi et qui ne se dérobe pas aux suppositions qu’il fait naitre en nous. Moteur fabuleux, capacités de tenue de route en rapport, freinage suffisant, on obtient un véhicule très axé sur les sport et qui permet de jouir d’un vraie polyvalence avec son toit rigide. Comme quoi, des fois les compromis ne se font pas au détriment d’une des deux parties.

Si son look est expressif, il sait rester sage et ça c’est un vrai avantage. Un peu comme le comportement, de ce SLK qui sait être sportif à la demande, tout en restant utilisable au quotidien, avec un vrai confort, et aussi un vrai coffre.


Les ingénieurs motoristes  allemands confirment leur savoir-faire en terme de motorisation (et le V8 sa place d’architecture favorite pour une mélodie et une rage optimales). Rarement moteur n’a été aussi plein et facile à utiliser, aidé par cette boîte Speedshift, qui reste une automatique classique , mais efficace.


Bref, une belle démonstration pour titiller les sens du pilote, qui saura aussi apprécier le coté multifonction  de la belle qui sait se révéler une GT de premier ordre.

© Thomas WAELDELE pour www.monjournalauto.fr – Tous droits réservés

Essai du Mercedes SLK 55 AMG noir brillant au format PDF
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
Mercedes SLK 55 AMG.pdf
Document Adobe Acrobat [416.5 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"