MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Porsche Boxster 2.5

Entrée de gamme...

Développé pour la survie du constructeur, ultra dépendant de la 911, le Boxster est-il vraiment une Porsche à part entière? Si on regarde l’architecture du moteur, oui! Un bon flat 6, certes à la cylindrée réduite, mais à la sonorité si agréable. Au regard de la carrosserie, oui aussi! Yeux de 996, éléments communs, tout le rapproche de sa charismatique grande soeur…


Alors, partons pour un essai afin d’en avoir le coeur net. Les bonnes habitudes ne se perdant pas dans la maison allemande, on trouve la clef à gauche, le compte-tours au centre et le moteur à l’arrière, mais pas aussi loin que d’habitude. La prise en mains est immédiate, pas d’appréhension si ce n’est que le volant n’est pas réglable en hauteur et que je le trouve trop bas à mon goût.

La confiance est au rendez-vous, bien aidée par la tenue de route très saine. L’équilibre donné par le moteur central (et non pas en porte-à-faux arrière) est excellent, ce roadster bondit de virage en virage avec vivacité sans jamais se montrer piégeur. Les freins rassurent eux aussi dès la première sollicitation, un autre habitude maison. Au fur et à mesure des kilomètres, le rythme augmente, et l’on commence à regretter quelques petites choses.


A commencer par la puissance du moteur. Avec un tel niveau de sécurité active, j’aurais aimé plus de chevaux pour vraiment m’amuser derrière le volant. Ou au moins un peu plus caractère, car s’il se montre souple et facile à utiliser, ce petit moteur (pour une Porsche) se montre trop sage, et trop linéaire. Un coup de « boost » à mi- régime aurait été le bienvenu pour agrémenter la conduite de ce roadster.

L’on se rend compte ainsi de la raison d’être de ce modèle dans la gamme. Après les échecs (relatifs parfois) des modèles à 4 cylindres en entrée de gamme (malgré des réussites comme les 944 ou 968 RS), et le désintérêt pour la 928 en haut de gamme, Porsche a dû se résoudre à trouver une solution pour sa survie. Et cette solution était donc plus économique que vraiment créative.


Quoiqu’il en soit, grâce au Boxster, le constructeur a magnifiquement redressé la barre et se retrouve être aujourd’hui le constructeur le plus rentable du monde grâce à une gamme de cinq modèles différents (au lieu d’un il y a seulement 15 ans…), et il le doit à une politique de rigueur fin des années 90-début 2000 qui lui permet d’être aussi vivace aujourd’hui.


Comme quoi, ce Boxster, même s’il n’est pas la Porsche la plus enthousiasmante à conduire, a permis au constructeur de se refaire une santé et de nous donner une descendance bien plus intéressante, Rien que pour cela, on lui pardonne tout ses petits défauts et on admet avec bonheur d’avoir une Porsche avec de vraies qualités à un prix désormais abordable.

Celui-ci bénéficie d’un traitement esthétique particulier qui lui permet de se différencier tout en restant dans l’esprit Porsche. Les décalcomanies sur les côtés, les inserts carbone à l’intérieur, les jantes noires lui confèrent un look plus agressif que celui d’origine, un peu banal à mon goût.Et le contraste du cuir rouge avec la couleur extérieure lui donne du piquant.


Ensuite, l’équilibre général de la voiture donne un sentiment de confiance et une envie d’attaquer immédiate. La boîte de vitesse, à l’étagement court et au maniement parfait est une source de plaisir à elle toute seule. En définitive, voila une « petite » Porsche, bien dans l’esprit et qui sait régaler tous les conducteurs!

© Thomas WAELDELE pour www.monjournalauto.fr – Tous droits réservés

Essai du Porsche Boxster 2.5 au format PDF
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
Porsche Boxster 2.5.pdf
Document Adobe Acrobat [425.0 KB]

Lien vers les galeries photo du Porsche Boxster 2.5.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"