MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Volkswagen Passat CC V6 4Motion

Voiture du peuple?

Quand elle fut présentée au salon de Détroit en janvier 2008, la Passat CC (Coupé-confort, et non cabriolet, attention), a tout de suite marqué la rétine. Ligne acérée, plus basse, large et longue que la berline dont elle dérive, elle profite d’une véritable présence. Même 4 ans après.



Comment ne pas être déçu alors de retrouver la planche de bord de la berline, certes bien finie et jouissant d’une excellente ergonomie, mais un peu banale compte tenu de l’aspect extérieur plus qu’original. Heureusement, la banquette arrière cède sa place à deux sièges indépendants pour donner un côté un peu plus exclusif. ET l’on a accès à des options inédites pour accentuer la différence entre les deux soeurs.

Ainsi, le régulateur de vitesse est adaptatif, et peut même freiner le véhicule jusqu’à l’arrêt complet en cas de danger non détecté par le conducteur. De même les options de personnalisation VW Individual vont permettre d’aller très loin pour se faire un véhicule unique, que ce soit pour les habillages de contre-porte ou les cuirs (beaucoup sont bicolores et du plus bel effet). Encore une fois chez les allemands, il va falloir alourdir la note pour avoir un véhicule différent, sinon convenable.

 

Alors qu’on connait très bien les TDI du groupe, ce gros V6 essence est méconnu. A tort serais-je tenté de dire. Reprenant le principe d’un angle très fermé (à peine 10 degrés) qui a fait la réputation des « VR6 », il lui garantit une compacité, nécessaire pour être installé sous le capot de la Passat (issue de la plateforme de la Golf).

L’autre avantage de ce moteur est son couple généreux. Disponible dès 2.400 tours/ minute, il permet d’évoluer sur un filet de gaz, dans un confort princier assuré par la suspension pilotée et la douceur inégalée de la boite DSG. Mais ces deux derniers éléments savent s’accorder à la puissance de 300 chevaux.


En effet, si l’on veut faire parler la poudre, une pression franche sur l’accélérateur (et le passage en mode sort de la boite pour les plus pointilleux) nous fait découvrir une berline performante. Et sûre grâce à ses 4 roues motrices. Aucune perte de motricité n’est à déplorer, même sur la chaussée grasse de notre essai. Et quel son ! Un bon râle bien grave. On en redemande.


Alors oui, on retrouve dans ce coupé quatre portes aux lignes élancées des gênes bien connus de la maison. Sécurité, finition soignée et ergonomie de la planche de bord bien étudiée. Mais le tarif (en neuf, on est à 46.150 sans les options) montre la montée en gamme de VW et cible les clients premium que l’on retrouve chez d’autres constructeurs allemands. Alors pourquoi lui laisser cette banale planche de bord? Pour rester près du peuple ?

Sa ligne. Incontestablement, il se passe quelque chose quand elle arrive. Surtout avec ces jantes « turbine » de 18 pouces, alliées au noir profond de ce modèle. L’impression quasi bestiale qu’elle donne me plait particulièrement, surtout de la part d’un constructeur qui était plutôt sage de ce côté-là avant de s’énerver un peu, notamment avec le Sirocco.


Au-delà des aspects esthétiques, cette Passat d’un nouveau genre est incroyablement polyvalente, allant même jusqu’à proposer une conduite quasiment « sportive ». En gardant les aspects pratiques de la berline (habitabilité, coffre, confort, sécurité), elle ajoute une dose d’exclusivité qui lui apporte un supplément d’âme bienvenu.

© Thomas WAELDELE pour www.monjournalauto.fr – Tous droits réservés     

Essai de de la Volkswagen Passat CC V6 au format PDF !
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
VW Passat CC V6.pdf
Document Adobe Acrobat [444.4 KB]

Lien vers les galeries photo de la Volkswagen Passat CC V6 noire 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"