MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Pontiac Firebird Formula V8 400 ci 1976

L’oiseau de feu

Si cette deuxième génération n‘est pas la plus connue de notre côté de l’Atlantique (la troisième fut révélée par la série K2000 en 1982), il n’en est pas moins un modèle clé dans l’histoire des voiture de sport américaines. Née pour contrer la Ford Mustang au milieu des années 60, cette Pontiac Firebird a connu nombre de version et de moteurs et nous essayons aujourd'hui une Esprit, dotée du V8 de 6.6 litres.


Cette version Formula se reconnait à son capot à double bossage, et à son intérieur qui a le bon goût d’être intégralement d’origine et dans un état splendide, surtout connaissant la faible propension des américains à faire des intérieurs de qualité. Les siège sont peu réglables et manquent de maintien, mais jouissent d’un grand confort.

Et l'extérieur me direz-vous. Il a la particularité d'avoir une ligne très fine, mais très haute sur patte. Ce qui donne l’impression d’une fusée posée sur quatre roues. On retrouve pour la dernière fois les optiques rondes et simples à l’avant (ils seront carrés et doubles dès l’année suivante) qui trouvent un écho opposé à l’arrière avec ces feux tendus et entrecoupé de lignes droites. Et entre les deux, des courbes marquées, surtout les « hanches » arrière, j'adore, mais une impression de fluidité qui n’a pas pris une ride malgré se plus de 35 printemps.


Cet exemplaire a de plus été préparé par son propriétaire, qui en prend soin après avoir placé ses économies dans ce modèle qui lui tient à coeur. Ligne d’échappement sport, pompe à essence Edelbrock haut débit, entre autres, en font un modèle particulièrement abouti, même si de nouvelles évolutions vont venir.

Contact (il faut jouer avec la clé, mais toutes les veilles dames ont leur manies), et le chant profond du gros V8 se fait entendre. Un glouglou limite instable - le ralenti dépasse à peine les 500 trs/min - et l’impression qu’il peut caler à tout instant…


Il n’en est rien, et les premiers tours de roue annoncent la couleur. Malgré la puissance respectable (avec les modifications apportées, on avoisine les 300 chevaux), la bête est faire pour le cruising. La boite automatique Hydramatic 350 à trois rapports distille ses changements avec vigueur et tout en douceur, agrément surprenant pour son âge.

Et ni les suspensions ni les freins n’incitent à la grosse attaque, même si une belle ligne droite vous invite à profiter de la cavalerie. Qui se lâchera sans compter, malgré l’absence de sensation. Le confort est présent et la poussée aussi, créant un curieux mélange. On en redemande !!


Voilà une auto qui, si elle n’est pas une sportive affirmée, a une saveur particulière, un charme inimitable, et surtout une qualité rare, celle de donner envie de prendre le volant juste pour un tour, le soir, comme ça, au soleil couchant, en se dirigeant vers l’Ouest… I’m a poor lonesome cowboy...

Des vraies saveurs !! Pas besoin de rouler à des vitesses inavouables pour avoir du plaisir. Et en grandes quantités. Si j’ai toujours affirmé que le V8 était mon architecture préférée, notamment pour le son, cette Pontiac ne me fera pas changer d’avis, loin de là !!! Gros glouglous au ralenti, rage dans les hauts régimes (mais pas plus de 5.000 non plus), magnifique.


Et aussi l’ambiance de conduite. Le long capot donne une vision de la route pour le moins unique, sachant qu’il ne faut pas oublier le déport du pare-chocs avant, les petits rétroviseurs ne « rétrovisent » pas grand-chose, et de toute façon, c’est devant que ça se passe. Suspension bateau, direction limite floue, mais peu importe. La route est longue ? Tant mieux...

© Thomas WAELDELE pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

Téléchargez l’essai de la Pontiac Firebird Formula 400 noire de 1976 au format PDF !
Si cet article vous a plu, retrouvez-le avec la fiche technique du véhicule au format Adobe Acrobat !
Pontiac Firebird.pdf
Document Adobe Acrobat [454.1 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"