MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !
MonJournalAuto, c'est ici que ma passion s'exprime !

Volkswagen e-up !

La puce des villes s’électrise…

Après le succès mitigé de la Volkswagen Fox en Europe, le constructeur allemand est revenu sur le marché des micro-citadines abordables avec la up ! Et avec un certain parti pris : quatre portes, équipements des catégories supérieures (comme le freinage d’urgence ou les sièges chauffants), moteurs essence décliné en deux niveaux de puissance, look sympa et personnalisable… il est clair qu’elle ne manque pas d’atouts. Je la découvre et l’essaye aujourd’hui dans sa version 100 % électrique afin d’apprécier la mobilité urbaine du futur.

 

Extérieurement, elle se reconnait à ses jantes et une calandre spécifiques ainsi qu’à son bas de caisse intégrant des feux de jour à led en croissant. Intérieurement, les surpiqûres bleues signalent l’appartenance à la gamme électrique du constructeur de Wolfsburg. Si les matériaux sonnent creux, ils sont bien assemblés et il faut y voir la recherche d’un peu de légèreté car les batteries amènent le poids vide de la puce à plus de 1.100 kg.

La voiture était givrée à mon arrivée et l’utilisation du chauffage et du dégivrage ont amputé la capacité de la batterie de près d’un quart. Peu importe me dis-je, Strasbourg eut une ville innovante en matière de déplacements (renouveau du tram, forte densité de pistes cyclables, etc.) et de nombreuses bornes de rechargement sont accessibles. À peine à bord je coupe le chauffage des sièges (désormais de série) agréable et efficace, mais cruellement énergivore, et je m’élance pour une balade annoncée de 48 km.

 

Manœuvres aisées pour sortir du parking, insertion facile sur une nationale, le couple important et les commandes douces assurent une mise en confiance rapide. Parti sur le mode de roulage normal, je me rends compte que la température négative affecte passablement le rendement des batteries, et donc l’autonomie. Commence alors la chasse ! Je me rends sur le parking d’un hypermarché dont le panneau « station verte » m’intrigue. À la recherche d’une prise, je ne trouve que du bio éthanol (quand même) et du GPL.

Quelques photos plus tard, je rejoins un parking proche d’une station de tram sur lequel je trouve une borne pour recharger mon véhicule le temps du repas et me voilà surpris de découvrir qu’il faut une carte pour activer ladite borne. Une recherche sur Internet m’indique une borne ouverte au public quelques kilomètres plus loin et là même topo, il faut une carte. Après approfondissement, il s’agit des bornes installées par la CUS, et pour lesquelles il fait payer un badge (entre 20 et 45€ en fonction de l’utilisation ou non de ses données personnelles) pour s’en servir. Il est prévu de facturer les recharges à terme. D’autres bornes installées par la région (je n’ai pas la carte précise, mais les hypermarchés Cora sont partenaires par exemple) sont quant à elles en accès libre et gratuit. Une fois de plus, chacun agit dans son coin sans concertation et c’est l’utilisateur qui fait les frais de cette discorde.

Je décide donc de remettre à plus tard mon test des bornes publiques pour me concentrer sur la voiture. Et son utilisation est on ne peut plus simple ! Une marche avant, une marche arrière, et c’est parti. Si le mode normal est vraiment pêchu, les conditions de mon test m’ont fait utiliser les modes éco et éco + plus que de raison.

 

Le premier de ces modes permet de garder une vivacité intéressante tout en limitant la consommation liée au chauffage et des divers appareils électriques pour récupérer environ 10 à 15 % d’autonomie supplémentaire. Le deuxième cran limitera l’utilisation en ville et cette fois-ci sans aucun chauffage ! Dur quand il fait -4°. J’ai de plus forcé la recharge au ralentissement, ce que l’on obtient en basculant le levier de vitesse vers le bas pour activer le mode « B », en lieu et place du mode Sport des DSG classiques du constructeur. L’avantage de ce mode est de bénéficier d’un frein moteur conséquent, à tel point que je n’ai plus touché aux freins une fois activé !

La e–up est une voiture facile à vivre, il y a de la place pour quatre personnes et le coffre n’est pas trop amputé par les batteries par rapport à une thermique. Alors certes ce n’est pas une déménageuse, mais compte tenu du fait qu’il y aura rarement quatre personnes dedans, la banquette arrière complétera idéalement le coffre. Et l’agrément des voitures électriques (souplesse, silence) trouve ici tout son sens dans cette citadine.

 

Vous l’aurez compris, si les véhicules électriques de nos jours n’ont rien de voitures au rabais, leur vrai problème est la recharge. Si la plupart des acheteurs aura une prise à la maison, il faut calculer son autonomie pour éviter d’avoir à recharger en cours de journée ou alors prévoir son trajet en fonction des bornes disponibles. Mais sincèrement, à part en vacances ou en weekend, vous faites plus de 100 km par jour ?

Alors oui, c’est une puce à plus de 20.000€ (bonus déduit)… Mais il n’y pas de frais de location de batteries à ajouter, et les recharges ont un coût négligeable (de l’ordre de 60 ct pour 130 km). Un rapide calcul avec une up 1.0 75 ch en finition high up et boite automatique ASG à 15.720 € (comparable à la e-up en termes de puissance et d’équipement) nous donne un peu moins de 90.000 km pour s’y retourner financièrement. C’est beaucoup pour une deuxième voiture qui fera rarement plus de 10.000 km/an, mais rien de complètement délirant. Si acheter une voiture électrique aujourd’hui relève encore de l’acte militant, il commence à avoir une réalité financière non négligeable. Les freins se lèvent petit à petit, l’avenir est en marche…

Ce qui m’a fait plaisir avec cette VW e-up ! c’est son agrément global et sa réponse vraiment adaptée aux déplacements urbains. Vivacité, silence, confort certain même s’il est ferme, tout est fait pour rendre les moments à bord agréables. On arrive à profiter pleinement du son agréable de la radio sans avoir besoin de pousser les haut-parleurs, et ça changera la vie des amateurs de diesel ! Voilà une petite puce facile à vivre !

© Thomas WAELDELE pour Mon Journal Auto – Tous droits réservés

Lien vers les galeries photo de la Volkswagen e-up !

Recommandez cette page sur :

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Thomas WAELDELE "Ph-Auto-Graphe"